Rencontre avec la légende du hardcore français, Manu Le Malin, qui à l’occasion de son passage aux Croisières Électro a répondu à quelques-unes de nos questions.

RM : En 1995, dans une émission télévisée, présentée par Michel Field, tu disais que ton BPM de croisière s’élevait à 160. Est-ce qu’à l’aube de tes 50 ans il s’est ralenti ?

Manu Le Malin : Mon rythme de croisière est de 130 BPM et cela même en hardcore. (Il hésite) Allez, 140 lorsque je joue du hardcore, sinon en techno entre 125 et 130 BPM. De toute façon c’est comme la taille, la vitesse ça ne compte pas, non ?

Si tu devais conseiller un morceau de afin de faire découvrir la musique hardcore à un néophyte, lequel conseillerais-tu ?

(Spontanément) Mescaline United, We Have Arrived.

Tu avais fait 3 morceaux pour le film 24 Mesures de Jalil Lespert, sorti en 2007. Est-ce qu’il y a la B.O d’un film qui t’as réellement marquée ou inspirée ? 

Phantom of Paradise de Brian de Palma. Sinon, en règle générale je suis plutôt attentif au sound design. Lorsque je regarde un film tous mes sens fonctionnent mais si je ne devais retenir qu’une B.O ce serait celle-ci.

Je ne suis pas quelqu’un qui s’attache au matériel. C’est là et puis c’est plus là, un peu comme nous, en fait.

Manu Le Malin

J’ai une question “bonus”, signée Mr Bonus en personne, qui aimerait savoir : si tu étais une drogue tu serais laquelle ?

Personnellement, je n’ai jamais fumé. Ça me défonce trop et pour moi c’est une drogue dure mais personne n’est égal devant ces choses là. Je serais une multitude d’expériences.

Manu, le 21 juin dernier avait lieu, comme chaque année La Fête de la Musique, un peu partout en France et pour la première fois à l’Élysée. Coup de fil de l’autre Manu, Macron qui te veut sur le perron pour l’édition 2019, tu lui réponds quoi ?

(Il répond d’abord par un majeur en l’air) Je suis resté chez moi le soir du 21.

Parmi les 17.000 disques et vinyles que tu as chez toi, est-ce qu’il y en a un en particulier qui commence vraiment à prendre la poussière ?

Tous, c’est l’enfer ! C’était un peu le bazar chez moi, du coup ils étaient tous empilés les uns sur les autres. En même temps, cela m’évite de ne jouer que des vieilleries et de terminer DJ sur Nostalgie. Ces disques font partis de mon histoire et sont dans ma mémoire mais je n’ai pas besoin de savoir qu’ils soient tous bien rangés, limite pas décalés pour que l’on puisse les écouter et se dire : “Waw ! T’as vu cette galette de 1992, il n’y a pas une rayure mec !” Ca je m’en cogne complètement, je ne suis pas quelqu’u qui s’attache au matériel. C’est là et puis c’est plus là, un peu comme nous, en fait.

(Il revient sur la question précédente)

Pour en revenir au Président, il ne faut pas l’appeler Manu. J’en ai plein le cul, j’en prend plein la gueule avec ça. J’aurais bien aimé qu’il ait un autre prénom, surtout que j’étais là avant lui.